Un des problèmes revenant presque toujours dans la bouche des timides s’inscrivant sur le forum de Stop Timidité est la peur des blancs dans la conversation, blancs qui d’ailleurs se produisent  souvent chez les timides. Le problème qui y est alors associé est le manque de conversation: “je ne sais pas de quoi parler”, “je n’ai rien à dire d’intéressant”, “je n’ai pas d’idées”, etc.

Le vrai problème n’est cependant pas là. Je suis certain que selon les personnes avec qui vous parlez, vous avez plus ou moins de conversation et plus ou moins de blancs. Vous n’êtes pas non plus moins intelligent que les autres, et si les autres y arrivent, vous avez certainement les facultés intellectuelles pour le faire vous aussi.

La parole est d’argent… mais le silence est d’or

Cette phrase résume en elle seule quelque chose de très important. Apprenez  tout d’abord à apprécier le silence. Tout le monde a des blancs dans leurs conversation. C’est tout à fait normal. Par contre… tout le monde ne les gère pas de la même manière. Ceux qui n’ont jamais de tels blancs de conversation sont appelés “moulins à parole”, ce qui, vous me l’accorderez, n’est pas un qualificatif très valorisant.

Alors, pourquoi “les autres” ont des blancs de conversation qui ne les formalisent pas plus que ça, tandis que les vôtres vous semblent horribles? La réponse à cette question s’appelle une fois de plus la “confiance en soi”.

La confiance en soi, encore et toujours

C’est à la fois ce manque de confiance en soi qui vous bloque, vous empêche de parler et vous rend si horribles ces blancs de conversation. Voyons ça plus en détails…

Le problème n’est pas que vous ne savez pas quoi dire, ni que vous ne savez pas quoi dire d’intéressant. L’origine de vos blocages est que vous ne savez pas quoi dire qui intéressera votre interlocuteur. Vous ne cherchez pas vraiment un sujet de conversation. Vous cherchez un sujet de conversation qui ne vous fera pas passer aux yeux de votre interlocuteur pour un idiot, un égoïste, un trop sérieux, un vulgaire, un trop intellectuel, un ennuyeux … je m’arrête là car la liste est encore longue… Vous ne prenez la parole qu’avec le filtre “peur du jugement des autres” activé (cf l’article “peur du regard des autres“). Et le timide ayant un très bon filtre, autant dire qu’il ne laisse pas passer grand chose.

Prenons un exemple de désactivation de ce filtre. Si cela vous est déjà arrivé d’avoir un excès de substances alcoolisées dans le sang (attention la consommation d’alcool est dangereuse pour la santé…), vous avez du vous trouver probablement beaucoup plus bavard et à l’aise pour trouver un sujet de conversation. Il paraitrait même que l’on est capable de parler beaucoup plus fluidement les langues étrangères dans ce cas là… Évidemment, l’alcool ne peut être un solution à la timidité. Vous aurez probablement aussi remarqué que les personnes ayant un filtre à paroles large à l’origine, devraient s’abstenir de boire…

Il faut donc trouver un moyen d’augmenter votre confiance en vous et par la même occasion d’élargir votre filtre à paroles. Pour cela, il n’y a malheureusement pas de recettes magiques si ce n’est le travail sur soi… et la motivation pour prolonger ce travail pendant le temps qu’il faudra. Pour travailler votre confiance en vous, je vous conseille la méthode expliquée par le site (cf les articles de base pour apprendre à vaincre sa timidité), ainsi que les aides évoquées dans le forum de Stop Timidité comme la méthode Coué, l’hypnose Ericksoniennne, etc. Les thérapies cognitives et comportementales sont conseillées pour ceux qui ont besoin d’une aide extérieure.

Ceci ne doit pas vous empêcher pour autant à apprendre à apprécier le silence. Le silence est justement une formidable occasion de communiquer sans les mots qui semblent tant vous déranger. La prochaine fois qu’un tel blanc survient, prenez confiance en vous. Obligez vous à rester avec la personne même si cela vous êtes mal à l’aise. Cette sensation de mal être disparaitra avec l’habitude. Restez jusqu’à ce que quelque chose se passe ou que la conversation reparte.

Vous pouvez également plaisanter sur le sujet. Par exemple, si votre relation le permet, dites à votre interlocuteur avec le sourire d’apprécier le silence qui est chose rare avec un/une telle bavard(e) comme lui ou elle… Bref, apprenez à sourire et être joueur.

Crédit Photo :iceman75- Certains droits réservés (licence Creative Commons).

If you enjoyed this post, make sure you subscribe to my RSS feed!

No related posts.