Ceci est un clip que vous devez voir absolument! Elle vous permettra d’avoir un regard différent sur votre timidité… et votre vie en général. Le texte original est intitulé “Advice, like youth, probably just wasted on the young” et a été publié par Mary Schmich dans le “Chicago Tribune” en 1997.

L’adaptation/traduction est réalisée par Le-Mont-Des-Cats que Stop Timidité remercie pour le partage de ce clip et sa traduction. Si vous ne comprenez pas l’anglais, vous n’avez donc aucune excuse pour ne pas la regarder…

Texte Traduit:

“Si j’avais un seul conseil à vous donner pour l’avenir, ce serait de mettre de la crème solaire. Les bénéfices à long terme de la crème solaire ont été démontrés par les scientifiques, alors que le reste des conseils que je vais vous donner n’a pour base que mes expériences hétéroclites.

Profitez du pouvoir et de la beauté de votre jeunesse ; oh, croyez-moi, vous ne comprendrez tout cela que quand vous en serez privés. Mais vous savez, dans 20 ans, quand vous reverrez vos photos d’aujourd’hui, vous vous rappellerez, d’une manière inconcevable pour vous aujourd’hui, quelles étaient les possibilités qui s’offraient à vous et comment vous étiez vraiment beau ou belle. Vous n’êtes pas aussi gros(-se) que vous l’imaginez.

Ne vous préoccupez pas de l’avenir, ou inquiétez-vous en, mais en sachant que c’est aussi efficace que de résoudre une équation en mâchant un chewing-gum. Vos vrais problèmes seront sûrement des choses qui, en fait, n’ont jamais traversé votre esprit inquiet. Du genre à vous surprendre désagréablement un mardi à 16 heures, alors que ne vous faisiez pas grand-chose.

Chaque jour, faites une chose qui vous effraie.

Chantez.

Ne soyez pas imprudent avec le cœur des autres, ne fréquentez pas des personnes qui sont imprudentes avec le vôtre.

Utilisez du fil dentaire.

Ne perdez pas votre temps à cause de la jalousie : parfois vous serez en tête, parfois vous serez derrière. La course est longue, et sur la ligne d’arrivée, il n’y aura que vous.

Souvenez-vous des compliments que l’on vous fait, oubliez les insultes. Si vous y parvenez, dites-moi comment. Gardez vos vieilles lettres d’amour, jetez vos vieux relevés de compte.

Étirez-vous.

Ne culpabilisez pas si vous ne savez pas quoi faire de votre vie. Les gens les plus intéressants de mon entourage ne le savaient pas à 22 ans, et je connais certains quadragénaires des plus agréables qui ne le savent toujours pas.

Prenez beaucoup de calcium.

Épargnez vos genoux, ils vous manqueront quand ils seront usés.

Vous vous marierez ou pas. Vous aurez des enfants ou pas. Vous divorcerez peut-être à 40 ans, ou alors vous danserez la danse des canards pour votre 75ème anniversaire de mariage.
Quoi que vous fassiez, ne vous auto-congratulez pas trop, mais ne vous dépréciez pas non plus. Vos choix relèvent pour moitié du hasard, et c’est le cas pour tout le monde. Profitez de votre corps, à chaque occasion qui se présentera, n’ayez pas peur, peu importe ce que les autres en pensent, c’est l’instrument le plus précieux que vous aurez jamais. Dansez, même si le seul endroit que vous ayez pour cela est votre salon.

Lisez les modes d’emploi, même si vous ne les respectez pas.

En aucun cas ne lisez les magazines de mode, vous n’y récolterez que des complexes.

Apprenez à connaître vos parents, personne ne sait à l’avance quand ils partiront pour de bon. Soyez gentils avec vos frères et sœurs, ils sont le meilleur lien entre vous et votre passé, et ils seront plus que probablement vos plus fidèles alliés dans l’avenir.
Soyez conscients que les amis vont et viennent, ne vous accrochez qu’aux plus précieux.

Faites des efforts pour combler les fossés, aussi bien en termes de distance que de style de vie : plus vous vieillirez, plus vous aurez besoin des personnes que vous connaissiez étant jeune. [...]

Voyagez.

Acceptez certaines vérités incontournables. Les prix vont augmenter, les hommes politiques continueront à lécher les bottes ; vous vieillirez aussi, et là vous croirez vous aussi que dans votre jeunesse, les prix étaient raisonnables, les hommes politiques nobles et les enfants respectueux de leurs aînés.

Respectez VOS aînés.

N’attendez aucun soutien financier des autres. Vous avez peut-être une assurance-vie, ou un conjoint fortuné. Mais vous ignorez si l’un ou l’autre pourrait manquer à l’appel un jour.

Ne bricolez pas trop vos cheveux. Sinon à 40 ans, ils auront l’air d’en avoir 85.

Soyez prudents vis-à-vis des personnes qui vous donnent des conseils, mais soyez aussi patients envers elles. Donner des conseils, c’est une forme de nostalgie, qui permettrait de repêcher le passé au fond du dépotoir, le nettoyer, en repeindre les parties abimées pour ensuite le recycler, en le surestimant.

Mais faites-moi confiance concernant la crème solaire.”

Texte Original:

“Wear sunscreen.

If I could offer you only one tip for the future, sunscreen would be it. The long-term benefits of sunscreen have been proved by scientists, whereas the rest of my advice has no basis more reliable than my own meandering experience. I will dispense this advice now.

Enjoy the power and beauty of your youth. Oh, never mind. You will not understand the power and beauty of your youth until they’ve faded. But trust me, in 20 years, you’ll look back at photos of yourself and recall in a way you can’t grasp now how much possibility lay before you and how fabulous you really looked. You are not as fat as you imagine.

Don’t worry about the future. Or worry, but know that worrying is as effective as trying to solve an algebra equation by chewing bubble gum. The real troubles in your life are apt to be things that never crossed your worried mind, the kind that blindside you at 4 p.m. on some idle Tuesday.

Do one thing every day that scares you.

Sing.

Don’t be reckless with other people’s hearts. Don’t put up with people who are reckless with yours.

Floss.

Don’t waste your time on jealousy. Sometimes you’re ahead, sometimes you’re behind. The race is long and, in the end, it’s only with yourself.

Remember compliments you receive. Forget the insults. If you succeed in doing this, tell me how.

Keep your old love letters. Throw away your old bank statements.

Stretch.

Don’t feel guilty if you don’t know what you want to do with your life. The most interesting people I know didn’t know at 22 what they wanted to do with their lives. Some of the most interesting 40-year-olds I know still don’t.

Get plenty of calcium. Be kind to your knees. You’ll miss them when they’re gone.

Maybe you’ll marry, maybe you won’t. Maybe you’ll have children, maybe you won’t. Maybe you’ll divorce at 40, maybe you’ll dance the funky chicken on your 75th wedding anniversary. Whatever you do, don’t congratulate yourself too much, or berate yourself either. Your choices are half chance. So are everybody else’s.

Enjoy your body. Use it every way you can. Don’t be afraid of it or of what other people think of it. It’s the greatest instrument you’ll ever own.

Dance, even if you have nowhere to do it but your living room.

Read the directions, even if you don’t follow them.

Do not read beauty magazines. They will only make you feel ugly.

Get to know your parents. You never know when they’ll be gone for good. Be nice to your siblings. They’re your best link to your past and the people most likely to stick with you in the future.

Understand that friends come and go, but with a precious few you should hold on. Work hard to bridge the gaps in geography and lifestyle, because the older you get, the more you need the people who knew you when you were young.

Live in New York City once, but leave before it makes you hard. Live in Northern California once, but leave before it makes you soft. Travel.

Accept certain inalienable truths: Prices will rise. Politicians will philander. You, too, will get old. And when you do, you’ll fantasize that when you were young, prices were reasonable, politicians were noble and children respected their elders.

Respect your elders.

Don’t expect anyone else to support you. Maybe you have a trust fund. Maybe you’ll have a wealthy spouse. But you never know when either one might run out.

Don’t mess too much with your hair or by the time you’re 40 it will look 85.

Be careful whose advice you buy, but be patient with those who supply it. Advice is a form of nostalgia. Dispensing it is a way of fishing the past from the disposal, wiping it off, painting over the ugly parts and recycling it for more than it’s worth.

But trust me on the sunscreen.”

Encore un grand merci à Le Mont, et n’hésitez pas à vous exprimer à propos de cette vidéo dans les commentaires ci-dessous ou sur le forum Stop Timidité.

If you enjoyed this post, make sure you subscribe to my RSS feed!

No related posts.